Guide : KEF LSX et KEF LS50 Wireless II, comment optimiser son système ?

Si les KEF LSX et LS50 Wireless II ont su s’imposer comme les enceintes actives de référence, auprès de tous les méloma...

Si les KEF LSX et LS50 Wireless II ont su s’imposer comme les enceintes actives de référence, auprès de tous les mélomanes, il existe plusieurs optimisations possibles. Caisson de graves, pieds/supports muraux et nouveaux câbles réseaux, cette semaine, on vous explique comment optimiser votre système KEF.

Enceintes actives/passives, quelles différences ?

En bref

Dans le monde des enceintes, deux catégories coexistent : 

  • les enceintes passives (KEF LS50 META) qui, par leur nom, indiquent qu’un système d’amplification sera nécessaire. C’est le traditionnel ampli stéréo, ou dans le cas d’installation plus haut de gamme, le combo pré-amplificateur + ampli de puissance
  • les enceintes actives (KEF LS50 Wireless II), qui intègrent directement ces éléments au sein même du châssis, pour permettre un raccordement direct au secteur, sans modules supplémentaires

Si les modèles passifs restent la norme en Hi-Fi classique, les actives se sont taillées la part du lion, chez les professionnels du son. Non content d’être plus simples à brancher, elles profitent en plus d’un circuit d’amplification sur-mesure, spécifiquement développé pour tirer le maximum de chaque membrane.

D’ailleurs, si l’on parle souvent d’enceintes Bluetooth, il serait plus juste de spécifier qu’il s’agit d’enceintes actives, intégrant un module Bluetooth. Par exemple, les KEF LSX et LS50 Wireless II combinent en une seule paire :

Technics SU-C700 + Debut Carbon + Amphion Argon 3S

Autant d’éléments qui se retrouvent aussi dans une chaîne hi-fi classique, mais sous forme d’éléments séparés, à associer les uns aux autres. Un système qui a l’avantage d’être évolutif et performant, mais qui exige plus d’espace, en plus de couter plus cher que son pendant “actif”.

En effet, en intégrant d’un seul bloc tous ces éléments, les enceintes actives permettent un gain de place conséquent, dans un budget souvent plus accessible, sans rogner sur les performances (dans la majorité des cas).

Enceintes actives, les avantages

Les KEF LS50 Wireless II en sont un parfait exemple. Grâce à leur connectique pléthorique, leur bi-amplification classe D – classe A/B et leur connexion stéréo sans-fil, elles remplacent aisément une chaîne hi-fi stéréo avec amplis et enceintes, en plus de pouvoir être pilotées via un ordinateur/tablette/smartphone.

kef-ls50-wireless-ii-power-diagram-retrofutur
L’idée derrière une enceinte active : tout intégrer

Même constat pour les KEF LSX, qui malgré leur taille supplantent bon nombre de systèmes ampli+enceintes, dans cette gamme de prix. À titre de comparaison, un ensemble que nous considérons équivalent en éléments séparés, serait le pack Taga HTA-700B V3 + Amphion 510. Un ensemble 400€ plus onéreux, plus doux à l’écoute certes, mais exempt de module réseau wifi et qui nécessitera donc l’ajout d’un streamer réseau.

Vient alors une question logique, si tout est paramétré d’usine par les ingénieurs de la marque, “ Est-il possible d’améliorer – encore – le rendu de mon système ? “ Une interrogation que beaucoup de possesseurs d’enceintes KEF se pose et que nous nous sommes bien évidemment posés aussi.

Et si de nombreuses solutions existent, nous nous concentrerons sur trois points, essentiels à nos yeux, pour bien profiter de votre système : 

  • le placement des enceintes
  • l’ajout d’un caisson de graves
  • le remplacement des câbles d’alimentation 
banniere-blog-kef-ls50-lsx
Kef LSX ou LS50 Wireless II : plus d’infos sur notre article dédié

Attention ! Si ce guide vise à vous aider à peaufiner votre système, pas de miracles : une paire de LSX optimisée restera moins performante qu’une paire de LS50 Wireless II “basiques”. 

Aussi, dans le cas où vous seriez encore hésitant entre ces deux modèles, nous vous renvoyons vers notre comparatif entre les deux enceintes.

Ceci étant dit, il est temps de rentrer dans le vif du sujet.

Optimisation n°1 : placement des enceintes

Positionnement et pieds d’enceintes

Qu’il s’agisse d’enceintes passives, actives, hi-fi ou de monitoring, leur placement aura un effet immédiat quant au rendu final de votre système. 

Si les LSX et LS50 Wireless II affichent une scène sonore particulièrement large, le placement des enceintes reste primordial pour bien en profiter. Grâce à sa conception particulière, le haut-parleur Uni-Q permet une dispersion optimale des fréquences aiguës, beaucoup plus directives que les graves.

Néanmoins, pour en profiter pleinement, deux pré-requis sont nécessaires :

  • espacer suffisamment les enceintes pour une meilleure spatialisation
  • positionner celles-ci à hauteur d’écoute, pour un meilleur étagement des plans

En premier lieu, on essayera toujours de positionner les enceintes à hauteur de tête, au niveau du point d’écoute principal. En effet, s’il dispose d’un sweet-spot plus large que son équivalent “classique”, le HP Uni-Q reste très sensible sur l’axe vertical. 

Ensuite, on veillera – tant que faire se peut – à disposer les enceintes de manière à former un triangle équilatéral avec le point d’écoute, afin de garantir une présentation homogène et un effet stéréo optimal. 

Pieds d’enceintes et socles

Aussi, que ce soit pour les KEF LSX ou LS50 Wireless II, la marque propose ses propres sets de pieds de sol, spécifiquement conçus pour placer les enceintes à hauteur d’écoute optimale (typiquement assis sur un canapé ou un fauteuil). 

Disponibles en deux versions – S1 pour les LSX et S2 pour les LS50 Wireless II – ces pieds placent le haut-parleur à 95-100cm du sol (avec les pointes d’origine), une hauteur qui permet au tweeter d’offrir un cône de dispersion plus large dans la majorité des espaces. Cerise sur le gâteau, les deux pieds offre un système de “cable-management” permettant de dissimuler les câbles d’alimentation/réseaux, au sein même du pied.

Toutefois, si vous préférez poser vos enceintes sur un meuble, tel qu’un buffet, ou si la place au sol vient à manquer, KEF propose deux accessoires supplémentaires – pour KEF LSX uniquement : 

  • KEF P1, un socle de bureau qui donne aux enceintes une inclinaison de 10° vers le haut, tout en désolidarisant l’enceinte du meuble où elle sera posée
  • KEF B1, une attache murale permettant de fixer les enceintes au mur, et de régler leur position sur les axes horizontaux et verticaux. Élégantes, ces attaches disposent en plus d’un système d’intégration des câbles, pour une installation propre et discrète

Ceci fait, on pourra s’attaquer à la deuxième étape de l’optimisation du système : assurer une bonne connexion réseau.

Optimisation n°2 : mode filaire (RJ45) et sans-fil (WiFi)

Connexion WiFi

Enceintes “wireless”, les KEF LSX et LS50 Wireless II font la part belle aux connexions sans-fil. De fait, au-delà du câble d’alimentation, indispensable, il est tout à fait possible de faire fonctionner les deux entités d’un seul bloc, sans avoir à les relier par un câble… jusqu’à une certaine limite.

Pour rappel, les enceintes créent leur propre réseau WiFi, uniquement dédié à la communication entre chaque module, qui fonctionnera en parallèle de votre/vos réseaux WiFi existant(s). Mais comme tout système, il reste sensible à la configuration des lieux : si un mur porteur ou une épaisse paroi de métal s’intercale entre les deux enceintes, la connexion peut s’avérer instable.

D’après nos tests, il est possible d’espacer les enceintes de plusieurs mètres, sans qu’aucune perturbation n’apparaisse, mais au-delà de 5-7 mètres, on recommandera de basculer en connexion filaire, via un câble RJ45. 

Connexion Filaire

Indétrônable dans le monde de l’informatique, le câble RJ45 (ou ethernet) est un câble réseau qui assure la transmission de données numériques entre plusieurs systèmes. Disponible en plusieurs versions – droit, croisé – et plusieurs qualités, il est capable de véhiculer des flux de données très importants, sur de très longues distances, sans pertes.

En effet, bien que le WiFi ne cesse d’évoluer, offrant des vitesses de plus en plus élevées, il reste tributaire de la distance séparant la source et le client. A l’inverse du câble RJ45, moins discret, mais éminemment plus fiable sur de longues distances.

L’ethernet (RJ45) reste le moyen le plus fiable de faire transiter le réseau.

Si KEF fournit un câble RJ45 Cat6 d’excellente facture, la marque propose aussi son propre modèle haut-de-gamme, le K-Stream, manufacturé par Chord, connu pour ses systèmes très haut de gamme. Mesurant pas moins de 6 m et profitant d’un blindage en polyéthylène à faible densité, il permettra de débloquer les flux optimaux de chaque modèle : 96kHz/24bit pour les LSX et 192kHz/24bit pour les LS50 Wireless II.

Autre possibilité, Inakustik qui offre aussi plusieurs qualités de câbles Ethernet, spécifiquement conçus pour les enceintes actives connectées, telles que les LSX ou LS50 Wireless II. Plus haut de gamme encore, tous leurs câbles sont certifiés Cat6 ou Cat7 et peuvent donc supporter des flux de données atteignant 100Gbps (!) sans pertes.

Connexion au réseau

Dernier point et pas des moindres, il est aussi possible d’optimiser votre réseau local, afin d’assurer la meilleure connexion possible pour vos enceintes KEF.

Si l’intégralité des box internet proposent de créer leur propre réseau WiFi, la majorité ne sera pas apte à garantir un signal suffisamment fort et stable pour assurer la connexion des enceintes, au delà d’un ou deux mètres. Les symptômes ? Des pistes saccadées, qui s’achoppent, allant jusqu’à la perte totale du flux parfois.

netgear-orbi-mesh
Un système mesh permet de propager le signal wifi de manière uniforme..

Deux solutions à ce problème :

  • l’installation d’un nouveau point d’accès WiFi, plus robuste, qui pourra diffuser un signal plus fort ou profitera de la technologie MESH pour créer un réseau WiFi étendu à toutes les pièces. Asus propose d’excellentes bornes à l’excellent rapport qualité-prix, mais l’on pourra aussi citer Netgear avec son système Orbi ou encore Tp-Link avec sa série Deco. 
  • le câble RJ45, encore et toujours. S’il sert à la connexion des deux enceintes, il pourra aussi servir à connecter vos enceintes au réseau. Indispensable lors de la mise à jour des enceintes, comme vous pouvez voir dans notre guide d’installation des KEF LSX

On pourra ensuite s’attaquer a la troisième étape : l’ajout d’un caisson de grave.

Optimisation n°3 : l’ajout d’un caisson de grave

Pourquoi un caisson de grave ?

Indispensable dans tout système home-cinéma, le caisson de basses ou subwoofer trouvera aussi sa place dans un système hi-fi stéréo classique. 

Son rôle ? Prendre le relais des enceintes au niveau des basses fréquences, afin de couvrir l’intégralité de la plage audible : typiquement, la plage des 10-20Hz, à 100-200Hz, en fonction des capacités du caisson. Non content d’apporter une véritable assise dans les graves, il soulagera aussi les enceintes qui pourront se focaliser sur les médiums/aigus. 

Pourtant, malgré tous les avantages qu’il apporte, nombreux sont les audiophiles à passer à côté de cet indispensable.

Connecter son caisson de grave

Connexion filaire

L’ajout d’un caisson de grave sur les KEF LSX et LS50 Wireless II se fait très simplement.

À l’arrière de l’enceinte primaire, se trouve la prise sub-out, dédiée à la connexion d’un subwoofer. Il suffit ensuite de relier cette prise à l’entrée sub-in de votre caisson, via un câble subwoofer pour que ce dernier soit immédiatement reconnu. Très similaire à un câble RCA classique, le câble – si correctement blindé – pourra être tiré sur de longues distances afin de pouvoir placer le caison à l’emplacement de son choix.

Connexion sans-fil

En parallèle, KEF propose son propre système de transmission sans-fil, dédié aux caissons de grave, le KW1. Composé d’un émetteur, à connecter sur la sortie SUB de vos enceintes et d’un récepteur destiné au caisson. Via ce kit, il sera alors possible de positionner le caisson à l’emplacement de son choix dans la pièce, afin de profiter d’une installation “presque” entièrement sans-fil.

Attention cependant, si l’émetteur du KEF KW1 peut être relié à n’importe quelle source, le récepteur n’est quant à lui compatible qu’avec les caissons de grave KEF. 

KEF KF92 ou KEF KC62 ?

Si KEF propose pas moins de six caissons de graves, deux modèles ont été spécifiquement conçus pour compléter les LSX et LS50 Wireless II: les KEF KF92 et KEF KC62.

Deux caissons de grave ultra-moderne, puissants et dotés de nombreux réglages internes, pour une personnalisation poussée. De fait, ces deux caissons partagent une conception similaire :

  • deux hauts-parleurs à annulation de force, montés en parallèles
  • une bi-amplification classe D, pilotée par le Music Integrity Engine de KEF
  • de nombreuses entrées, dont une dédiée au récepteur sans-fil KEF KW1

Petit coup d’oeil sur les différences.

KC62

Si vous avez jeté votre dévolu sur les KEF LSX, nous vous orientons vers le KC62. Plus compact, ce caisson mesure seulement 246 x 256 x 248 mm et saura donc se loger dans les plus petits espaces. Avec ses deux haut-parleurs Uni-Core de 16.5cm et son bloc d’alimentation de 1000W (2x500W RMS) il offre un niveau de sortie SPL mesuré à 105dB.

Très complet, il dispose de nombreux réglages sonores, dont un mode “Appartement” spécialement conçu pour vous permettre d’apprécier pleinement votre musique, sans importuner vos voisins (!). À l’inverse, il sera aussi possible de connecter un second caisson en parallèle, pour doubler la pression acoustique et recréer l’ambiance des salles sombres, chez soi.

Associé au LSX, le combo pourra sonoriser sans effort une pièce de 10 à 50m2.

KEF KF92

Plus imposant, le KEF KF92 est 68% plus volumineux que son petit frère avec un châssis mesurant 353 x 330 x 361 mm. Des dimensions qui ont permis aux ingénieurs d’intégrer des haut-parleurs de 22cm de large, toujours mus par deux blocs de 500W en classe D pour un niveau de sortie SPL mesuré à 110dB. Soit près du double du KC62.

Conçu pour satisfaire les audiophiles les plus exigeants, ce caisson s’associera à merveille aux KEF LS50 Wireless II. Le duo sera en effet capable d’atteindre les niveaux de volume d’un concert rock, sans distorsion et surtout sans forcer. Même constat dans un usage home-cinéma, le caisson complétera parfaitement les enceintes pour recréer le même effet “waouw” qui rend les films si vivants au cinéma.

Un caisson étonnant, conçu pour sonoriser les plus grands espaces, associé au LS50 Wireless II.

Optimisation n° 4 : Câbles secteurs

Attention : nous savons à quel point le câble, et plus encore du câble secteur, est sujet à débat dans le monde de la Hi-Fi. Néanmoins, nous souhaitions proposer aux mélomanes les plus exigeants, un dernier biais d’optimisation pour leur système KEF.

En intégrant l’ensemble des éléments dans un seul châssis, la marque utilise un circuit d’amplification et de décodage entièrement sur-mesure, optimisé de bout en bout. Mais, comme tout système électronique, le premier point d’entrée d’une enceinte active reste, le port d’alimentation.

Aussi, plusieurs marques proposent-elles différentes qualités de câbles d’alimentation, en fonction des installations et des attentes de chacun. Qu’il s’agisse des LSX ou LS50 Wireless II, il est ainsi possible de remplacer le câble d’origine, par un câble d’alimentation tiers, plus performant.

Notre choix ? Le câble NRG-X3 d’AudioQuest, leader du secteur dans le domaine des câbles HiFi haut de gamme. Conçus avec le même degré d’exigence que les modèles de la gamme supérieure, ils profitent de : 

  • cuivre long grain à commande directionnelle, de sorte que les brins restent le plus serré possible, même si le câble est courbé
  • sept brins comprenant une seule couche uniforme dans un brin central, pour une meilleure conductivité du signal
  • un meilleur gainage, apte à isoler le courant de tout bruit parasite en amont des enceintes

Autant de choix techniques, dont nous avons pu entendre les effets en pratique. En effet, en écoute comparative, qu’il s’agisse des LSX ou des LS50 Wireless II, le changement de câbles d’alimentation a produit un effet probant.

Scène sonore un peu plus large et aérée, meilleure définition des voix et un grave plus découpé : autant d’améliorations que nous avons pu constater en pratique, lors de nos écoutes tests. Additionné d’une correction acoustique de la pièce, ils assurent une qualité de restitution encore supérieure, sans modifications profonde de votre système.

Tester les KEF LSX et LS50 Wireless II

Si ce guide vise à vous aider dans l’optimisation de votre système, il ne se veut bien évidemment pas exhaustif. Si certaines de vos questions restent en suspens, contactez l’un de nos spécialistes par mail ou par téléphone, afin de profiter d’un conseil spécialisé.

De plus, nous vous offrons aussi la possibilité de tester les enceintes, en conditions réelles, dans nos deux magasins de Paris et Lyon. Nos spécialiste se feront plaisir de vous accueillir ainsi que de vous renseigner.

Plus d’infos sur notre site retrofutur.fr